Blog

Buissonnets & Montani 100% valaisannes

L’ÉCOLE DES BUISSONNETS ET L’ÉCOLE MONTANI, EN MAINS 100% VALAISANNES

L’École des Buissonnets SA et l’École Montani SA changent leur actionnariat. Elles retrouvent leur indépendance et renforcent leur ancrage valaisan.

Historique

L’École des Buissonnets, fondée en 1928 par les sœurs de la Sainte-Croix d’Ingenbohl, est baseée à Sion depuis 2013 ; elle propose des formations reconnues sur le plan fédéral donnant accès aux universités et aux HES. Quant à l’École Montani, sédunoise depuis sa création en 1965, elle propose des classes de niveau primaire et de cycle d’orientation en collaboration avec l’État du Valais.

Le groupe d’écoles privées vaudois Lémania a été le propriétaire de l’École Montani depuis les années 80 et celui des Buissonnets depuis les années 90. Il a participé au développement de ces deux écoles avec le souci constant d’offrir un enseignement privilégié aux élèves valaisans. L’École Montani et Les Buissonnets expriment leur reconnaissance au groupe Lémania pour son soutien et pour la confiance accordée durant toutes ces années.

Nouvel actionnariat

L’École des Buissonnets et l’École Montani viennent de quitter le giron du groupe Lémania. En janvier 2019, l'actionnariat est repris par le management actuel, et le directeur général des deux écoles – Monsieur Patrice Cretton, valaisan domicilié à Martigny-Combe et à la direction des Buissonnets depuis près de 15 ans – est devenu président du Conseil d'administration de chacune des deux entités.

Ce nouvel actionnariat permet ainsi aux Buissonnets et à Montani de retrouver leur indépendance, de consolider leurs bases valaisannes et d’assurer la pérennité des deux sociétés.

Perspectives

Grâce à cette indépendance, et toujours proche de Lémania, et avec le maintien des collaborateurs en place, cela permettra à nos écoles de poursuivre leur développement sur la base de stratégies qu’elles ont elles-mêmes définies tout en renforçant les partenariats valaisans.

Nous sommes des entreprises de formation orientées vers le long terme. Cette autonomie permettra tout d’abord de conserver notre identité et de renforcer notre image d’écoles privées de qualité. Il s’agira ensuite de repenser certaines formations et de poursuivre le déploiement technologique, en gardant à l’esprit le respect des traditions et la nécessité de la modernité.

Un encadrement historiquement fort

L’Ecole des Buissonnets fête ses 90 ans. Celle qui fut à ses débuts en 1928 une école de commerce pour jeunes filles s’est muée au fil du temps en un établissement reconnu pour la qualité des candidats qu’elle prépare aux examens fédéraux de Maturité et au Baccalauréat.

En 1929 déjà, Corinna Bille écrivait : « Je garderai toujours de ce temps un souvenir ému, reconnaissant, car ce fut la seule École où je me sentis vraiment heureuse ». L’approche pédagogique s’est voulu dès le début humaniste, puis elle s’est inspirée de Maria Montessori, de sorte que tout a toujours été organisé pour que l’étudiant soit au cœur des préoccupations des enseignants.

Les technologies aussi sont un encadrement apprécié tant elles facilitent l’organisation du travail : applications pour le suivi de l’élève et pour la gestion des cours… aujourd’hui tout est disponible sur iPad. A croire que l’histoire se répète car Les Buissonnets ont toujours été pionniers en matière technologique ; ils avaient été en 1969 la première école de Suisse à se doter d’un laboratoire de langues.

Source, Le Nouvelliste, 13 avril 2018

Thomas & Les Buissonnets

« Un jeune surdoué diagnostiqué à haut potentiel a réussi l’exploit de passer la maturité fédérale du gymnase en une année au lieu de quatre. Il était pourtant au bord du décrochage scolaire après la première année de collège à Sion, dans le cursus traditionnel. La solution du privé s’est alors présentée : Thomas Praz entre aux Buissonnets où il suit un apprentissage souple avec la possibilité de faire la maturité fédérale en deux ans au lieu de quatre. Mais là encore, ça ne va pas assez vite pour lui, il la fera en une année seulement. »

Voir la vidéo

Source, Canal 9, LE JOURNAL, 15 novembre 2017

 

Pages