École des Buissonnets

Fondée en 1928 sur les bases d'une pédagogie puissante plaçant l'élève au cœur de l'enseignement et inspirée de Maria Montessori, l'École des Buissonnets est une société à but non lucratif qui jouit d'un enracinement solide lui conférant le crédit dont a besoin un établissement préparant des élèves à des formations supérieures. L'École des Buissonnets est avant tout un lieu où l'élève se sent exister. Notre règle : tenir compte non seulement des forces et faiblesses de chacun mais également de son chemin de vie en lui proposant un plan d'étude adapté complet et cohérent, une organisation modulaire, un système de mentorat et l'accès aux technologies. Rien ne devrait donc entraver le succès de l'élève qui passe par ailleurs un contrat de réussite avec l'école.

Historique

Fondée en 1928, l'Ecole des Buissonnets a d’abord été présente à Sierre où elle fut un peu comme l'émanation pédagogique de ce foyer artistique et culturel. Corinna Bille, qui fut de la première volée de diplômées (à l'époque, les Buissonnets étaient une école de commerce pour jeunes filles), écrivait en 1974 : " Je garderai toujours de ce temps un souvenir ému, reconnaissant, car ce fut la seule Ecole où je me sentis vraiment heureuse. "

En se penchant sur la déjà très riche histoire de l'Ecole des Buissonnets, on est frappé par l'esprit d'initiative et d'ouverture de cet établissement fondé, puis dirigé par les sœurs de la Sainte Croix d'Ingenbohl de 1929 à 1988.

Deux exemples sont particulièrement éloquents. En 1954, l'Ecole des Buissonnets, fut, après l'Université de Neuchâtel, le second centre de formation en Suisse à disposer d'un laboratoire de langues. En 1969, les sœurs firent le choix d'une pédagogie inspirée de Maria Montessori, pédagogie dont les principales caractéristiques sont encore d'actualité: personnalisation du travail et des objectifs, respect des rythmes individuels, responsabilisation des élèves.

Si donc l'on peut s'étonner qu'une communauté religieuse ait pu susciter un état d'esprit si novateur, on doit se souvenir que "précisément" une communauté de sœurs est, peut-être plus que d'autres, à même de donner de la vie une définition purement humaniste. Les sœurs de la Sainte Croix d'Ingenbohl ont inventé un mode vie basé sur des valeurs "à l'abri du siècle", c'est-à-dire éloigné des préjugés mercantiles qui habitaient le monde.

En 1977, le Conseil d'Etat valaisan décidait de réunir les deux Ecoles de commerce de Sierre sur la colline de Goubing. Deux ans plus tard, les Buissonnets devenaient une école privée. Sans renoncer à l'héritage pédagogique des années Montessori, les sœurs orientèrent l'école vers une offre globale, des classes primaires à la maturité fédérale et au baccalauréat français, en toute mixité.

Un nouveau public afflua donc aux Buissonnets qui offrirent dès lors à de nombreux petits Valaisans l'opportunité d'obtenir le diplôme nécessaire à la poursuite de leurs objectifs professionnels ou académiques.

Dans cet environnement nouveau, la méthode pédagogique héritée de Montessori fit à nouveau des merveilles. L'Ecole eut par exemple l'occasion de préparer à la maturité fédérale ou au baccalauréat français des élèves aux besoins particuliers : plusieurs sportifs d'élite, parfois éloignés de l'école pendant plusieurs mois par les compétitions, une élève non-voyante qui a réussi sa maturité avec une moyenne de plus de 5 en passant seulement trois ans à l'école, un jeune myopathe qui a obtenu sa maturité grâce a une volonté hors du commun, un virtuose du piano, un autre du violon, souvent plus préoccupés d'harmonie que de philosophie, un élève malentendant, aujourd'hui devenu informaticien, ou encore plusieurs élèves à haut potentiel, souvent pressés de réussir.

Ces expériences humaines sont irremplaçables et elles animent l’équipe pédagogique des Buissonnets. De plus en plus, les jeunes de Suisse et d'ailleurs sont à la recherche d'un environnement privilégié, d'un encadrement personnalisé, d'une manière d'étudier qui soit un art de vivre.

Visite virtuelle